MOMENT "M" SUR OLIVIER ROUSTEING DIRECTEUR ARTISTIQUE DE LA MAISON BALMAIN

Ce mois-ci, dans le blog de Bellite, je vous propose un Moment « M » sur Olivier Rousteing, directeur artistique de la maison Balmain.

Nos empreintes viennent toujours de quelque part, même si, par la suite, nous ne savons pas toujours où elles nous mènent. La voie embrassée par chacun est unique et nous conduit nécessairement à arpenter des sentiers boisés, à courir sur les plages de sable fin, mais aussi à nous écorcher les genoux en escaladant les rochers, car nous avions très envie de sentir combien ces fleurs dégageaient un merveilleux parfum, là-haut, au-delà de cette dune. Certaines personnalités n’oseront toutefois pas s’aventurer dans les branches, par peur des représailles ou par peur du risque (par peur tout court ?), et se blesseront avec un brin d’herbe alors que d’autres se jetteront à corps perdu dans cette ascension, oubliant les recommandations, le temps…ces âmes rentreront toutes scintillantes à la nuit tombée parce que là-haut, précisément, elles contemplaient les étoiles et ne se souciaient que de beauté.   

Quel que soit le chemin que nous empruntons, nous sommes éclairés à chaque pas par des personnes que l’on aime, des personnes qui nous accueillent et que l’on accueille dans nos vies ; des personnes auxquelles on s’attache et que l’on quitte, mais aussi, parfois, qui nous quittent…

Empreintes

« Quitter quelqu'un oui, mais toujours le premier ». Olivier Rousteing en a fait sa devise. Pour ne pas subir un nouvel abandon, pour ne pas ressentir de nouveau la perte, Olivier s’est juré de ne pas attendre le dernier moment pour s’en aller. Une raison particulière à cela : son identité masquée, dissimulée par une majuscule, qui le pousse aujourd’hui à partir à la découverte de ses origines[1].

Né sous X le 13 septembre 1985, Olivier est abandonné à la naissance par sa mère biologique d’origine somalienne, agée de 14 ans, et par son père d’origine éthiopienne de dix ans son aîné. Olivier passe alors sa première année d’existence dans un orphelinat bordelais avant d’être accueilli par un couple cultivé qui lui donne tout l’amour et le soutien nécessaire à son épanouissement. Des grands-parents bienveillants lui apportent également la confiance, la sécurité et l’affection dont Olivier a besoin pour affronter les insultes et affirmer hautement sa différence durant son adolescence.

Olivier Rousteing a gardé quelques séquelles de son passé, mais cela lui a aussi donné une force incroyable. Une force qui l’a incitée à toujours se dépasser, à aller de l’avant. Conscient que chacun est libre de tourner à droite lorsque l’autre a choisi d’emprunter le trottoir de gauche, Olivier Rousteing cherche aujourd'hui à comprendre le choix des ses parents biologiques  afin de mieux l’accepter, afin de mieux leur pardonner.

 

[1] Un documentaire d’Anissa Bonnefont sera prochainement diffusé sur CANAL+. Il aura pour objet de retracer la carrière du Wonder Boy, mais aussi les étapes de sa quête identitaire.

 

Source : Olivier Rousteing/Instagram

 

À 19 ans, Olivier Rousteing quitte le cocon familial pour Paris afin de poursuivre ses études dans la célèbre institution ESMOD. Il en sort diplômé en 2003. Il pose ensuite ses valises à Rome où il travaille durant cinq ans pour la marque de prêt-à-porter Roberto Cavalli avant d’être contacté en 2009 par Christophe Decarnin, directeur artistique de la maison Balmain. Celui-ci lui transmet son style personnel « glam et rock’n’roll » avant de lui confier carrément les rênes de la maison en 2011, propulsant Olivier au rang de deuxième plus jeune directeur artistique d’une maison de luxe après Yves-Saint-Laurent. Depuis ? Olivier Rousteing bouleverse la marque par son inventivité et son omniprésence sur les réseaux sociaux. Homme de son temps, le créateur se livre en images sur Instagram et Twitter, relatant ses journées de travail, ses épopées fantastiques et fantasques aux bras des célébrités internationales les plus en vue.

 

Getty : Michel Dufour/WireImage

 

Ce qui distingue Olivier Rousteing de ses pairs est son accessibilité, son honnêteté et son authenticité. Olivier donne en effet l’image d’un homme sans tabou ni pudeur, ce qui lui permet de toucher un public avide de sens et de reconnaissance.

Olivier Rousteing : du noir et blanc à la couleur.

 

  BOF : André & François/TETÛ.

 

Olivier Rousteing n’a pas peur de se livrer sur ses orientations sexuelles, d’affirmer son identité, ou pour être plus proche de la vérité : de nous inviter à partager sa quête d’identité. Ses millions de followers sur Instagram, Facebook et Twitter en sont témoins : Olivier Rousteing est unique et offre cette unicité au monde. Le portrait que les gens contemplent depuis leur téléphone portable leur renvoie des couleurs qui suscitent en eux des émotions, des désirs et les excitent eux-mêmes à s’orienter. Ses followers cherchent avant tout un leader qui n’a pas froid aux yeux et qui ose dévoiler toutes les facettes de son être. Si le directeur artistique plait, s’il est donc si « POPulAIRe », c’est parce qu’il séduit et aide les jeunes de notre génération en leur donnant les réponses aux questions qu’eux-mêmes se posent intimement : quels sont mes goûts vestimentaires ? Puis-je revendiquer  mon homosexualité ? Ma différence ? Quel est mon véritable modèle ? Comment devenir enfin moi-même ? etc.

Olivier Rousteing est donc un homme qui ouvre la voie aux autres en même temps qu’il chemine. Il instaure une relation bilatérale d’amour et de reconnaissance, car j’en suis persuadée, Olivier Rousteing ne cherche pas seulement de potentiels clients à travers son exposition médiatique, il souhaite également à combler ce vide né de l’abandon infantile dont il a été l’objet. Olivier Rousteing est donc un être en quête de reconnaissance et de repères.

Cela fait de lui cet être à la sensibilité douce qui se découvre lui-même à mesure qu’il crée. Dans une interview, il explique d’ailleurs à quel point la mode l’aide à se définir en tant que créateur, mais aussi, en tant qu’homme. Olivier Rousteing assemble les morceaux d’étoffes, les motifs, les strass et les dorures en fonction de son inspiration, de ses envies, de ses humeurs du moment. La mode est dès lors synonyme d’ÉMOTION, mais elle est également synonyme de RÉVOLUTION. Le directeur artistique cherche à la fois les codes, les barrières, à aller au-devant des aspirations de la société tout en restant à la fois fidèle à ses croyances en la culture pop et en la beauté du métissage. Autodidacte, Olivier Rousteing n’a pas peur de sortir du cadre et cela fait toute sa force.

Rousteing X M : un beau mariage

Les articles consacrés à la sucess story d’Olivier Rousteing mettent systématiquement en avant son énergie, son sens du contrôle, sa boulimie des réseaux sociaux, ses liens avec les stars ou encore le fait qu’il ait réussi à quintupler le chiffre d’affaires de la maison Balmain en moins de sept années, mais ils ne mettent que très peu en lumière le symbole qu’il est aux yeux du monde, ce « X » (Rassurez-vous mesdames, même si les enfants sont couchés, il n’est pas ici question de pornographie).

J’aimerais simplement souligner à quel point Oliver Rousteing est le chromosome universel de la mode, celui qui unit des êtres et les invite à y accoler cette autre lettre symbole qu’est le « M ». L’initiale M étant bien évidemment celle du « monde », de la « mode », du « mariage », de la « méritocratie », du « moi » ; mais elle est aussi et surtout celle de « maman », de « musique », de « moment », de « métissage », de « mixité » et de « mélange » (j’avoue qu’on pourrait aussi penser à « Marjorie », car j’ai de très bonnes idées pour sa future collection B X M ; mais bon, ce serait un mariage arrangé…)

Je trouve cela très beau de faire ce lien entre un enfant né sous X et un homme qui unit les cultures du monde et défend la mixité et la méritocratie. Pour moi, Olivier Rousteing est très loin de l’image de Go-go dancer qu’on lui affuble et pour quelqu’un qui n’aime pas coller des étiquettes, je trouve qu'on lui appose est particulièrement injuste.  

Les collections :

Pour s’en convaincre, il suffit de regarder les collections dessinées par Olivier Rousteing. Celles-ci sont à son image : glam, pop et couture. Amoureux du classicisme à la française, de l’élégance, de la lumière ; admirateur du regretté Karl Lagerfeld, on sent la volonté du directeur artistique de rendre un nouvel hommage au « Kaiser de la mode » dans cette collection d’inspiration « chanelisante », au regard lagerfeldien, qui invite le spectateur à prendre part à une véritable danse des cygnes.

 

 

Sur la photographie, on voit d’ailleurs le double « C » enlacé, le noir et le blanc, ou encore les manchettes chères à Karl Lagerfeld. Au-delà du simple vêtement, j’y vois davantage deux cygnes qui s’embrassent, enroulant le cou de l’autre et dont on devine, en arrière-plan, le merveilleux paysage de leurs amours. Le cou vertigineux du mannequin vient renforcer cette idée, de même que les bandes de cuir  enserrant ses chevilles. Le cygne noir est marqué Balmain. Il a reçu une bague destinée à l’identifier au premier coup d’œil.  Cette campagne publicitaire souhaite ainsi  provoquer l’observateur et l’inviter à prendre part á la symphonie.

Balmain vs Bellite ou Balmain x Bellite ?

Il est indiscutable que les vêtements, bijoux et sacs proposés par Bellite n’ont absolument rien à voir avec ce que proposent Olivier Rousteing et son équipe chez Balmain. Il faut davantage regarder du côté de l’humain pour y trouver des similitudes et là, ça matche. Anabela est comme Olivier : autodidacte, pleine d’énergie et d’humanité ; c’est une fervente adepte du « oui, il faut promouvoir la diversité culturelle et rendre accessible à tous des vêtements qui ne le seraient pas de prime abord ». Il y a donc chez ces deux personnalités uniques beaucoup d’ouverture d’esprit et de bienveillance et ça, j’adore ! Pas vous ?

Le clip du mois !

Ce mois-ci, le choix est cornélien. Quelle musique privilégier quand on ne connait pas personnellement l’homme ? Que sais-je vraiment, au fond, d’Olivier Rousteing ? Qu’il est bel homme et se soucie de son image, qu’il aime les histoires et surtout les miroirs et après ? Que cela le rassure de pouvoir dialoguer avec des personnes qu’il ne connait pas réellement, mais qui le suivent sur les réseaux sociaux et sont à l’affut de ses # et de ses nombreux posts. Qu’il ne dit certainement pas, à l’instar de la belle-mère de Blanche-Neige : « Miroir, ô beau miroir, dis-moi qui est le plus beau ce soir », mais plutôt : « écran noir, mon écran noir, dis-moi que je ne serai pas seul au monde ce soir ». Il est donc important qu’« OliBowie » se rassure : non, il ne sera jamais seul, car il y aura toujours une âme qui se souciera de lui et de son parcours, de sa vie et de son ascension vers la lumière.

Le clip que j’ai finalement choisi ce mois-ci me semble être un beau reflet de l’homme que je crois deviner en Olivier Rousteing. Fan de Bowie, des années 80, défenseur acharné de la diversité et du métissage, admirateur du couple présidentiel Emmanuel et Brigitte Macron, il me semblait pertinent de vous faire écouter Fashion. D’autant plus que David Bowie arbore dans ce clip une tenue très proche des collections Balmain et qu’il laisse, comme Olivier Rousteing se plait souvent à le faire, admirer son torse aux yeux curieux ou…libidineux.

https://youtu.be/F-z6u5hFgPk

Alors ? Beep-Beep !! (non, ce n’est pas une invitation à regarder pour la énième fois le film des Bronzés…quoique…j’ai envie de soleil 😊, pas vous ?

À très bientôt !

Marjorie

 

©marjoriedennequin/©moment « M »

 

Envie d’en connaitre davantage sur les collections Balmain ? Rendez-vous sur le site internet de la marque :

https://www.balmain.com/au

 

Envie de suivre Olivier Rousteing sur les réseaux sociaux ? C’est par ici :

https://www.instagram.com/olivier rousteing/

https://twitter.com/orousteing?lang=fr

https://www.facebook.com/@ORousteing/

Voici les sources et quelques liens vers des articles ou des documentaires (audios et vidéos) très bien documentés et illustrés, même si les nombreux posts d’Olivier Rousteing en disent déjà long sur sa personnalité :

https://www.lemonde.fr/m-styles/article/2015/11/27/le-luxe-metisse-d-olivier-rousteing_4818606_4497319.html

https://youtu.be/Gr0x7YIEpjY (Les génies de la mode et de la danse #Cavous)

https://www.mycanal.fr/articles/decouverte/wonder-boy-comment-olivier-rousteing-a-remis-balmain-sur-les-rails

https://www.nytimes.com/2017/09/26/fashion/olivier-rousteing-balmain-paris-fashion-week.html

https://www.businessoffashion.com/articles/inside-fashion/bof-exclusive-balmains-social-media-driven-retail-rollout

https://www.marieclaire.fr/,olivier-rousteing,736420.asp

https://www.theguardian.com/fashion/2015/jan/20/kardashian-couture-balmain-buzz-olivier-rousteing-fashion-social-media-star

https://next.liberation.fr/mode/2018/05/30/olivier-rousteing-de-ne-sous-x-a-xxl_1655415

https://www.popsugar.com.au/celebrity/Kardashians-Olivier-Rousteing-Birthday-Party-2015-38877868?utm_medium=redirect&utm_campaign=US:AU&utm_source=www.google.com

https://www.pellerin-formation.com/les-5-points-communs-des-plus-grands-instagrameurs-francais/

https://www.elle.fr/Societe/News/L-abandon-m-a-donne-une-force-enorme-le-temoignage-poignant-d-Olivier-Rousteing-demain-dans-ELLE-3808982

https://www.numero.com/fr/la-playlist-de-olivier-rousteing#_

 

 

Leave a comment